La face cachée du pétrole

J’ai assisté il y a quelques semaines à la présentation par son auteur Éric Laurent (Journaliste, écrivain, directeur littéraire aux Éditions Plon) de son ouvrage La face cachée du pétrole.



Présentation de l’éditeur :
Le pétrole a toujours été le principal enjeu planétaire et pourtant, aujourd’hui comme hier, il reste entouré de nombreux mystères. Pour la première fois, ce livre révèle ce qui a été soigneusement dissimulé aux opinions publiques : Pourquoi le fameux choc pétrolier de 1973 n’était qu’une manipulation, le résultat d’une entente entre les pays de l’OPEP et les grandes compagnies pétrolières. Pourquoi les chiffres concernant les réserves mondiales de pétrole sont totalement faux, volontairement grossis par les pays producteurs. En Arabie Saoudite et en Russie, les montants exacts relèvent même du secret d’Etat. Comment Washington a utilisé l’arme du pétrole saoudien pour provoquer l’effondrement de l’Union soviétique. Pourquoi, dès mars 2001, six mois avant le 11 septembre, des cartes de l’Irak sur lesquelles étaient tracées les futures explorations pétrolières servaient de documents de travail au vice-président Cheney et à des responsables pétroliers, au sein du groupe surnommé  » la société secrète « . La Face cachée du pétrole est le résultat d’une longue enquête qui a conduit Eric Laurent – auteur notamment de La Guerre des Bush – en Chine, en Asie centrale, dans la zone de la mer Caspienne et dans le golfe Persique. Désormais, pour six barils consommés chaque jour, un seul est extrait et nous sommes à la veille d’un choc pétrolier d’une ampleur sans précédent.


Je donne ici quelques éléments à partir des notes que j’ai prises, qui ne sont que la transcription des propos que j’ai entendus.
Ils ne représentent en aucun cas mon opinion, mais me semblent intéressants dans le cadre des débats actuels sur l’énergie.

 

En faisant une recherche sur Internet sur ce thème, on ne manque pas de trouver des avis très différents…


Parmi les chiffres cités que j’ai notés :

  • pour 6 barils actuellement consommés, un est extrait
  • le dernier grand gisement a été découvert en 1976 au Mexique
  • l’explosion de la demande crée une forte dépendance ; 800 millions de véhicules, 200 millions de camions et d’utilitaires circulent dans le monde, 16.000 avions volent tous les jours, avec des prévisions allant jusqu’à 30.000.

Selon l’auteur, le marché pétrolier échappe aux règles et traditions du marché. En raison de l’existence d’un cartel, la logique des prix selon l’offre et la demande est faussée.

Lors de la création de l’OPEP en 1959, la presse n’y a consacré que quelques lignes.

Les accords de Téhéran datent de 1972. Les pays producteurs n’avaient jamais réussi à augmenter de quelques cents le prix du baril.

En 1973, avec l’appui des compagnies pétrolières, qui rencontraient une situation financière difficile (?) , les prix ont pu augmenter. Ces compagnies avaient en effet des besoins d’investissement considérables pour exploiter de nouveaux gisements (en Mer du Nord, Alaska).

Il n’y a jamais eu véritablement d’embargo de la part des pays producteurs. En raison du sous-développement, les ressources tirées du pétrole ne pouvaient être investies dans ces pays et étaient placées dans les banques occidentales.

Etat réel des réserves :

En 1986, les principaux pays de l’OPEP ont augmenté leurs réserves de 65 %, sans découvrir de nouveaux gisements, en produisant 300 milliards de barils supplémentaires, ce qui a donné une importance géostratégique à ces pays.

Des chiffres sont reconnus comme « officiels » sans qu’aucune vérification soit effectuée.

Les pays producteurs refusent la mondialisation, qui crée des îlots. Ils utilisent le pétrole comme arme diplomatique.

La Russie se sert de cette arme dans ses échanges avec les pays « récalcitrants », pour renforcer son influence en Asie (à l’égard de la Chine et du Japon). C’est un moyen de pression comme l’est le gaz. Ce qui se passe actuellement autour du gazoduc serait une revanche du projet soviétique de 1980 de construction d’un gazoduc qui avait subi l’embargo des Etat-Unis. Gorbatchev aurait reconnu que cela a été une cause de l’effondrement de l’Union soviétique.

L’Iran utilise l’arme du pétrole dans ses relations avec la Chine, et a tenté de mettre sur pied une organisation similaire pour le gaz (OPEG).

Le Venezuela utilise les pétro dollars pour tenter de faire reculer la suprématie nord – américaine en Amérique latine, mais a besoin de liens étroits avec l’Occident pour vendre son pétrole.

Le président américain, en précisant que le mode de vie n’est pas négociable, essaie de trouver une parade avec le marché irakien, l’Irak pouvant être la deuxième ressource en pétrole.

Eric Laurent pense que la mondialisation n’est pas inéluctable. En 1900, on était prêt pour une mondialisation heureuse. Mais sont survenus la première guerre mondiale, le krach boursier, la révolution de 1917, la prise de pouvoir de Mao en Chine.

Se sont développées des crispations et des peurs, les acteurs pétroliers refusent cette mondialisation.

L’ Arabie Saoudite est considérée comme l’ultime recours. Ses réserves sont estimées par les Etats-Unis à 180 milliards de barils, l’Arabie Saoudite affirmant, elle, qu’elle dispose de 270 milliards. 100 milliards ont déjà été consommés, il en resterait 80, soit 2 ans 1/2 de consommation mondiale.

 

*********

 

La croissance est bâtie sur une économie pétrolière bon marché. Les compagnies pétrolières affirment pouvoir creuser à 12 km de profondeur à des coûts équivalents à ceux déployés pour creuser à 20 mètres à la fin du 19ème siècle.

Mais nous ne trouvons plus de grands gisements, alors q’un milliard de barils est consommé chaque jour. Est-il possible de réorienter notre appareil de production, alors par exemple que les aliments que nous consommons effectuent en général 1.500 km ? Beaucoup d’énergie fossile est utilisée pour fabriquer un ordinateur ou une puce. Beaucoup de pétrole a été consommé, gaspillé en un peu plus d’un siècle.

Pourra-t-on utiliser des produits de substitution ? Le monde pétrolier ne croit plus dans le pétrole. Le déclin de la production est envisagé à partir de 2010 par certains économistes.

Total estime qu’il faut une réorientation vers le nucléaire, quand la Russie et l’Arabie Saoudite considèrent que le niveau des réserves pétrolières est un secret d’état.

Le 17 avril 2007


Ecrit par Lise - Site
Mot(s)-clé(s) , , ,

2 commentaires

Ecrire un commentaire»
  1. Pauline

    Cela se précise, c’est bien le début de la fin.

    La production mondiale de pétrole n’a pas augmenté depuis un an. Nous sommes sans doute au maximum historique de la production, en comptant tous les types de pétrole (y compris les agro-carburants)

    Lire : La fin progressive du pétrole

    La production devrait décliner dès 2008 ou 2009 après une courte période de stabilité.

    Pour ceux qui s’intéressent à l’énergie, cet article n’est pas mal non plus :
    Pénurie et fin progressive de l’uranium

    Pour résumer, nous aurons une pénurie d’uranium à partir de 2015, annonçant un maximum de production vers 2025 suivi du déclin.

    Fin du pétrole, fin du nucléaire, fin du gaz naturel, fin du charbon … il ne faudrait pas trop tarder pour changer notre mode de vie et notre société.

  2. Louis

    Au sujet de l’uranium, quelques précisions trouvées ici : Réserves et production d’uranium
    sur les réserves et la production annuelle d’uranium dans le monde.

    Un autre article cité, sur les réacteurs de génération IV et ses illusions, parle aussi de l’épuisement de la production d’uranium et en conséquence de l’arrêt des réacteurs nucléaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera jamais rendue publique ni utilisée.

*Si vous écrivez un commentaire ici pour la première fois, celui-ci ne sera publié qu'après validation par un administrateur du blog. Ne l'envoyez pas plusieurs fois !
*Bien sûr, tout commentaire injurieux, publicitaire ou spam sera supprimé.
*C'est à vous maintenant !

(obligatoire)
(obligatoire)
(obligatoire)

Laisser ces deux champs tels quels :

Protégé par Invisible Defender.

Protected by WP Anti Spam


  • Mentions légales
    Les différents éléments du Blog de Lise restent la propriété de leur(s) auteur(s) respectifs.


Connexion à WordPress protégée par Clef